Dragan Bunic, Les grandes banques sont une cause des crises économiques

I. Introduction
II. Les banques après la Première grande dépression
III. Les banques et l’économie
IV. Les banques et les dettes publiques
V. Nécessité d’une profonde réforme du système bancaire
VI. Conclusions

I. Introduction

Lors de la Première grande crise économique (1929-1933), il a été découvert que les grandes banques et leurs spéculations étaient la cause des crises financières qui, transformées en crises économiques, se sont propagées sur tous les secteurs de l’économie.

La Grande crise de 1929 (Première Grande dépression) a eu pour conséquence un renforcement de la régulation des banques (en particulier l’adoption du Glass-Steagall Act au Etats-Unis en 1933 et la loi bancaire française de 1945). Il sied de remarquer qu’à ce moment-là le lobby des banquiers n’avait pas une influence sur la politique comme c’est le cas aujourd’hui.

Une étroite complicité des gouvernements des Etats avec les grandes banques, devenues non seulement «too big to fail» (trop grandes pour être mises en faillite) mais aussi «too big to jail» (trop grandes pour être condamnées), ont contribué à l’éclatement d’une Seconde grande crise économique (Seconde Grande dépression) en 2007. Les conséquences de cette crise touchent le monde de nos jours et représentent un sérieux «facteur criminogène» pour une dégradation de l’économie mondiale qui a appauvri les citoyens, les entreprises (exceptés les multinationales qui agissent avec les grandes banques) et les banques de petite et moyenne taille, et a causé une incroyable augmentation de la dette publique (endettements non seulement des petits Etats mais aussi des grands).

Les banques, le secteur de la finance et les compagnies multinationales ont échappé au contrôle de l’Etat souverain et de ses organes. En collaboration avec les politiciens, les banquiers ont pratiqué d’incroyables malversations et combinaisons alchimiques qui ont conduit le monde dans une crise dont l’ampleur a dépassé la Première Grande dépression et qui affecte des milliards de personnes. Les conséquences sont dévastatrices : le chômage, la perte de logement, la pauvreté, la maladie et même la mort. Certaines banques violent les droits humains, pratiquent la corruption, polluent l’environnement, déplacent d’importants groupes de la population, engagent des groupes criminels armés pour liquider ceux qui s’y opposent, etc.

L’objectif de cet article n’est pas de « jeter la pierre » sur toutes les banques, dont la grande majorité exerce correctement leurs activités, mais de rappeler qu’on ne peut plus continuer ainsi et que des changements profonds sont nécessaires au niveau mondial.
Les grandes banques sont une cause des crises économiques

Laisser une réponse